bien-être

Un peu de moi…

Que de billets en 2018 ! Oui, c’est vrai : je m’accorde du temps pour écrire car c’est une passion, je ne me censure plus en disant « on s’en fout », je partage ce qui me vient car ça pourra aider une personne aujourd’hui.

J’ai pris cet engagement envers moi-même, d’écouter davantage mon intuition lorsqu’il s’agit d’expression, en 2018. J’ai tendance à trouver des excuses pour ne pas trop me dévoiler et ça ne colle pas du tout avec ma volonté d’utiliser mon expérience pour aider les autres !

Aujourd’hui, j’ai envie de partager un peu avec vous, de vous parler d’où j’en suis de cet épatant voyage de développement personnel que j’ai entrepris vraiment sérieusement en 2016. A ce moment-là, je m’étais rendu compte que j’avais besoin d’aide pour sortir d’une situation compliquée. Célibataire, avec 3 enfants de 0 à 5 ans, je m’étais laissée glisser vers une mentalité de victime, que je combattais parce que j’ai très peu de tolérance pour ça. Tout était d’ailleurs un combat. Et si je gardais généralement ma nature joyeuse, vu de l’extérieur, j’étais ramenée au quotidien à des difficultés à perte de vue, voire à des difficultés pour respirer tout court.

Je savais donc que j’avais besoin d’un coup de pouce et l’Univers me l’envoya. J’ai découvert Regan Hillyer sur Instagram et après quelques semaines passées à m’inspirer de ses publications, j’ai rejoint un challenge Facebook gratuit avec pour objectif de mieux se connaitre, savoir ce qu’on veut vraiment dans la vie. Comme beaucoup de choses dans le développement personnel, c’était un challenge tout simple avec des répercussions importantes.

Pourquoi des outils simplissimes livrent-ils des résultats aussi percutants ? Parce que nous nous sommes déconnectés de nous-mêmes. On est formatés tant qu’on est jeunes, on adopte une vision collective imposée du bonheur, du bien-être, de ce à quoi doit ressembler notre avenir et à côté de ça, on apprend à viser bas, à se contenter de ce qu’on a, à ne pas poser trop de questions – je sens que ce billet va être plus long que prévu, oups – et alors, dès qu’on sonde un peu son être, BOUM, il se passe quelque chose de magique.

Bref, j’ai continué à travailler avec Regan comme coach. Puis j’ai également investi dans des programmes de Katarina Ruth (Kat Loterzo) et John Assaraf, qui m’ont énormément aidée, et aujourd’hui, c’est avec Shayla Locklear que je travaille. J’ai fait le choix d’investir dans mon développement personnel et je suis ravie de ce choix.

Le développement personnel, ce n’est pas qu’écrire des affirmations positives, méditer et chanter des mantras en buvant des jus détox devant sa vision board. C’est aussi prendre ses responsabilités, reprendre les rênes de sa vie (c’est à dire les ôter de la main d’autres personnes), regarder ses pires démons dans les yeux et passer des nuits entières avec eux. C’est revivre des souffrances qu’on a préféré balayer rapidement mais seulement pour en guérir une bonne fois pour toutes. C’est couper certains ponts (les brûler parfois) pour vivre une vie plus tranquille. C’est accepter de perdre des choses qui semblent importantes pour s’apercevoir qu’on est plus libre sans…

Le concept est plutôt positif car le résultat est plus d’amour, plus de sourires, plus de bienveillance et le quotidien s’en trouve transformé 🙂 Cela ne signifie pas que le négatif n’existe pas. On n’est pas dans le déni, au contraire : on le vit, on le traite, on se guérit.

Le développement personnel pour moi, comme pour beaucoup d’autres m’a amenée sur la piste du développement spirituel et notamment les lois de l’Univers (non, pas Ice Age 5). La loi d’attraction est une notion passionnante et je travaille avec au quotidien. Dernièrement, j’ai dû m’interroger. Les 2-3 derniers mois de 2017 ont été particulièrement relou pour moi : entorse de la cheville, zona, pas d’Internet pendant 2 mois, mauvaises surprises financières, quelques soucis relationnels et j’en passe et tout ce qui en découle de ces problèmes : retard au travail, retard côté finances, retard dans la maison…

Le 2 janvier, j’ai cassé le moteur de ma voiture pour couronner le tout.

C’est là que je me suis aperçue du chemin parcouru. Malgré toutes ces choses accumulées et le moral mis à rude épreuve, j’ai encore confiance, j’ai encore le smile (pas 24h/24, je vous rassure), j’ai encore la pêche (je crois que la détox de janvier m’a quand même beaucoup aidée !). Les idées négatives, je les ai comme tout le monde « je n’y arrive plus », « combien de temps vais-je pouvoir tenir comme ça ? » mais le ‘moi coach’ arrive direct et intervient.

Je sais désormais que la première chose à faire, c’est de m’occuper de moi lorsque ça commence à tirer un peu trop et rien que ça, ça change tellement de choses. J’ai appris à m’aimer, à me respecter, à prendre soin de moi afin de pouvoir donner le mieux de moi-même. J’apprends encore à recevoir, à sortir de ma tête, à écouter mon intuition et ma connexion à moi-même et à mon environnement grandit sans cesse. Je prends du temps pour moi tous les matins. Et je me fais aider par des coachs pour continuer de grandir et évoluer en étant soutenue.

Pour revenir à la loi d’attraction, la détox émotionnelle m’a permis de creuser un peu plus au sujet des événements de fin 2017 et j’ai mis le doigt sur un dysfonctionnement dans mes croyances. D’un côté, je suis en train de travailler sur « tout est facile » (on nous fait croire que rien n’est simple donc rien ne l’est) et d’un autre côté, j’aime recevoir les compliments sur ma façon de gérer les galères. C’est comme un système de récompense en fait, je suis félicitée et encouragée et il m’a plu d’intégrer que mon identité, c’est d’être une warrior. Or si tout est facile, je ne suis warrior de rien… En gros, je me tirais une balle dans le pied !

J’ai donc un grooooos boulot à faire sur mon identité et quelques couches d’armure à virer encore. J’adore ça ! C’est vrai, j’adore tout du développement personnel que je vis car même quand ça fait bien mal, je sais que je vais en sortir en ayant grandi davantage et « this too shall pass » (sérieux, ça sonne vachement mieux en anglais – cela va passer, ça n’émeut pas plus que ça, non ?).

Bon, voilà un billet long, dense, sans image ! Merci si tu m’as lue jusqu’au bout, hihi. Si tu sens que je peux t’aider avec ton propre développement personnel, je serais honorée que tu me contactes.

Des bisous !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Un peu de moi… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s