About me·bien-être

Désapprendre et guérir

Une chose sur laquelle je travaille cet été, c’est le lâcher prise. Ce n’est pas la première fois que j’en parle. J’ai déjà travaillé, j’ai déjà compris un peu, j’ai déjà évolué en conséquence. Aujourd’hui, je m’attaque à une autre couche (on ne fait que ça, retirer couche après couche, « désapprendre », guérir !) : l’image que j’ai de moi-même, l’image que les autres ont de moi.

On n’en finit jamais de plonger dans le passé, de se remémorer des phrases, des regards, qui ont pu se faire une place dans notre subconscient et influent sur notre façon de nous percevoir aujourd’hui. Peut-être que quand tu étais petite, on t’a dit que tu te la pétais et on t’a fait comprendre que tu prenais trop de place. Aujourd’hui, tu choisis de ne pas trop t’imposer parce que tu as intégré que ce n’était pas bien. Peut-être que tu te faisais siffler dans la rue, que des hommes ont pris quelques libertés avec toi et aujourd’hui, tu te caches. Peut-être qu’enfant, ton affection était trop encombrante et tu t’es renfermée en conséquence… Il ne faut pas grand-chose, une remarque, un geste désapprobateur, pour que nous changions au final notre façon d’être.

En ce qui me concerne, actuellement, j’observe dès qu’une croyance négative surgit et je la confronte immédiatement. Et la question qui revient dans chaque conversation avec moi-même est : « Est-ce que c’est grave ? ». La réponse est toujours « Non, pas du tout ».

Sincèrement, je veux être moi-même, m’écouter, tout en étant présente et disponible pour les autres, dans ma vie personnelle, comme dans ma vie professionnelle. Je veux m’épanouir, profiter de ma famille, mes amis, faire du bon travail, rencontrer de nouvelles personnes, dire ma vérité. Parfois, je n’arrive pas à tout concilier et là, mon image de moi est super importante. « Que vont penser les autres ? Peut-être que ça ne va pas plaire ? » Etc. Petit moment de panique. « Attends, mais est-ce que c’est grave ? ». « Ah bah non, pas du tout. Je respire encore. Je continue la vie sur le chemin que je trace. Et finalement, si des personnes ressentent le besoin de partir au fur et à mesure que je deviens plus proche de moi-même, c’est que ces personnes ne sont pas énergétiquement proches de moi. Ca se fait naturellement. D’ailleurs, ce que les autres pensent de moi, ne me regarde pas. Et dans le fond, on s’en FOUT ». Voici le genre de conversation que je peux avoir avec moi-même et qui est extrêmement libérateur.

J’ai confiance en moi, j’ai confiance en l’avenir et je sais que tout se passera exactement comme ça doit se passer. Alors les obstacles sont des occasions pour évoluer et le reste, ce n’est que du bonheur.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s